Titre : Handicap et intimité, quel respect ?

Céliane : Ma fille de 17 ans est polyhandicapée, comment respecter son intimité lors des soins ?

Si le petit enfant est naturellement, soigné, lavé, caressé, en grandissant, son intimité est effectivement à respecter. Ce n’est pas toujours simple à faire comprendre au jeune handicapé qui peut manquer de réserve, et pas toujours facile pour des parents de se savoir respectueux quand le jeune est dépendant pour les gestes de la vie quotidienne. Il semble important de reconnaître en dehors de ses besoins de soin, que l’enfant devient bien un adulte. Les gestes que l’on pose sur lui doivent être imprégnés de respect pour ce corps qui se transforme avec l’âge. En aucun cas, ils ne peuvent être intrusifs.

On peut par exemple, se poser la question de l’opportunité de continuer la toilette au gant, d’entrer dans la salle de bain sans frapper, de laisser une maman faire la toilette intime de son fils, ou de faire venir le jeune adulte à table le soir en pyjamas comme ses plus jeunes frères et sœurs … Veillons à ce que le côté pratique et le respect de la personne fassent bon ménage ! Le jeune devrait pouvoir donner le rythme. Ecoutons-le ! La douceur, la lenteur, l’explication de certains gestes aident à respecter la pudeur. Les parents peuvent très tôt encourager leur enfant à participer à sa toilette, à se déshabiller dans la salle de bain, et si l’adulte est très dépendant, pourquoi ne pas le laisser quelques instants seul dans son bain pour qu’il puisse se voir grandir ou encore déléguer les gestes de soins à des personnes extérieures ? Et si nous réfléchissions ensemble à l’occasion de la table ronde que propose l’OCH le mercredi 16 mai ?