se faire des amis quand on a un handicap mental.

Hortense : Mon fils Roland a 28 ans, il est trisomique avec une grande autonomie, il lit, voyage seul, travaille en ESAT. Malheureusement il a très peu d’amis et se retrouve souvent bien seul. Comment l’aider à se faire des amis ?

Ce sujet de l’amitié est un sujet sensible pour beaucoup de personnes handicapées. Et particulièrement lorsque le handicap est ce qu’on appelle « léger », c'est-à-dire qu’il permet une autonomie suffisante pour faire beaucoup de choses mais amène la personne à se sentir dans un « entre-deux » : difficile de se retrouver avec des personnes plus handicapées et le milieu dit « ordinaire » a du mal à faire de la place à la différence…

Dans la région parisienne a été monté un petit groupe Jeunesse Amitié, pour des personnes éprouvant un peu la même difficulté que votre fils, qui se retrouve une fois par mois pour vivre ensemble une activité et un temps d’amitié. Peut-être qu’en contactant quelques associations dans votre région (l’Adapei, l’Apajh …) vous pourriez voir déjà ce qui existe et éventuellement proposer la création d’un tel groupe ?

D’autre part, avez-vous pensé à joindre la communauté Foi et Lumière qui se trouve près de chez vous ? C’est aussi un beau lieu de convivialité entre personnes handicapées et amis que Roland pourrait retrouver avec plaisir.

Une autre solution est celle des vacances, il existe un certain nombre de séjours et notamment je pense à « Vacances, Détente, Loisirs », qui organise deux fois par an des séjours pour des personnes ayant une déficience mentale légère. C’est aussi l’occasion de se faire des amis avec qui il serait possible de rester en contact par la suite. Ce qui semble difficile durant l’année parce que vous êtes dans un endroit un peu isolé peut être possible pendant les vacances et aider à ce que l’année qui suit soit plus animée et plus riche de relations.