Médiathèque

Chronique Radio

Un carême pour retrouver son pôle intérieur

"Retrouver sa propre fragilité est une richesse humaine, une ouverture du cœur. Si je me sais fragile, je me mets en position de pouvoir rencontrer l’autre, l’aimer ". L’homme qui parle ainsi dans la revue du SAPPEL, mouvement chrétien de familles du quart-monde, n’est apparemment pas un expert en matière de fragilité. C’est Jean-Louis Etienne, médecin, explorateur, qui a été le premier homme à atteindre le pôle Nord à pied, en solitaire, en 1986. Il est plutôt de l’étoffe des héros.

Et pourtant, dit-il « l’intéressant n’est pas le héros, mais l’humain qui se cache derrière lui et derrière tous nos masques, avec ses interrogations fondamentales sur la vie ». Jean-Louis Etienne reconnait avoir espéré trouver la réponse à la question sur la raison de son existence en marchant vers le Pôle Nord. En réalité c’est en marchant vers ce qu’il nomme « son pôle intérieur » qu’il l’a trouvée depuis lors peu à peu.

Il ne cache pas que le chemin a été rugueux. « Le Pôle Nord m’avait mis en face de moi-même -dit-il- la notoriété qui a suivi m’a mené dans un cul de sac ». Et l’homme d’interroger la vie que nous menons, le métier, la course à la réussite, les médias qui nous offrent des moyens de plus en plus puissants de nous fuir et d’oublier le rendez-vous que nous avons avec nous-même. Il s’inquiète : « Nous ne prenons plus le temps de l’apaisement pour nous interroger si notre vie est bien accrochée à l’essentiel … La question de l’existence de Dieu est devenue pour moi incontournable. Mon chemin escarpé vers Dieu passe par la nécessité de faire en moi le silence ».

Et il ajoute : « De notre silence intérieur dépend l’apaisement du chaos du monde. Notre paix intérieure peut être contagieuse. Notre monde a un énorme besoin de suivre les aventuriers de l’âme… L’aventure est devenue pour moi intérieure. ». Et Jean-Louis Etienne de souhaiter à chacun une bonne route vers son pôle intérieur, chemin vers le bonheur et l’amour.

Peu d’entre nous serons en mesure d’aller à pied au Pôle Nord. Mais tous, sans exception, nous pouvons espérer cheminer vers notre pôle intérieur. C’est une formidable feuille de route pour ce carême qui nous est donnée. Ces quarante jours n’ont pas d’autre objet que de suivre « l’aventurier de l’âme » par excellence qu’est Jésus, et grandir en Amour. Bon carême !

Philippe de Lachapelle sur Radio Notre Dame

Un carême pour retrouver son pôle intérieur