Médiathèque

Chronique Radio

Seigneur, bénis-nous de la main de tes pauvres

Il est 21h30 dans ce petit foyer de l’Arche. La veillée se termine. Ils sont une dizaine à se rassembler maintenant pour la prière du soir. Certains portent sur leur visage la marque de leur handicap. D’autres sont des jeunes volontaires.

Paul amène en claudiquant une icône de la Vierge, Sacha allume maladroitement une bougie. Pas moins de cinq allumettes y passent. Jean lit gravement l’Evangile du jour, le nez presque collé sur la Bible, pour être sûr de n’oublier aucun mot. Florian, le responsable du foyer, invite alors chacun à dire une intention de prière. « Pour ma maman qui est morte – Pour Céline qui est malade – pour que mon stage à l’atelier se passe bien… » tout cela fuse rapidement, jusqu’à Chloé qui lâche un peu bougonne « pour tous les imbéciles qui m’énervent ». Manifestement sa journée n’a pas été très bonne. C’est sa façon de mettre ça dans sa prière.

Et puis le silence se fait. Tous entonnent alors en cœur la prière de l’Arche. Les voix sont fausses, dissonantes, et pourtant c’est mystérieusement très beau. Ca respire l’amour et le vrai, surtout au refrain : « Seigneur, bénis-nous de la main de tes pauvres, Seigneur souris nous dans le regard de tes pauvres »

Le Pape François a dit : « les vrais trésors de l’Eglise, ce sont les pauvres, pas ses cathédrales ». Il a dit cela à près de quatre mille personnes de la rue. Elles étaient rassemblées à Rome à quelques jours de la clôture de l’année de la Miséricorde. Il leur a demandé pardon pour toutes les fois où un chrétien s’est détourné d’elles. Il leur a demandé de le bénir. On a tous dans la mémoire de notre cœur cette scène bouleversante d’une dizaine de personnes si pauvres, regroupées autour du Pape François en prière, les mains calleuses posées sur ses épaules, les yeux brillants de tendresse à l’endroit de celui qui les mettait en mission au cœur de l’Eglise.

Au lendemain de Noël, où nous avons contemplé Jésus né pauvre parmi les pauvres, nous pouvons chacun laisser monter en nous cette prière : « Seigneur, bénis-nous de la main de tes pauvres, Seigneur, souris-nous dans le regard de tes pauvres, Seigneur reçois-nous un jour dans l’heureuse compagnie de tes pauvres ».

Philippe de Lachapelle